Catherine Deneuve, l’éternelle reine (rebelle) du cinéma

(c) Maxppp

 

 

En créant à nouveau l’événement avec sa prestation aux côtés du rappeur Nekfeu dans le film Tout nous sépare, le 8 novembre prochain, l’actrice de 74 ans montre que le cinéma français peut encore compter sur elle. 50 ans après les Demoiselles de Rochefort, Catherine Deneuve n’en finit pas d’embellir le 7e art, parfois là où on ne l’attend pas. Portrait d’une actrice mythique et d’une femme rebelle.

Par Grégory Ardois-Remaud

 

 

Née le 22 octobre 1943 à Paris, la petite Catherine Dorléac, future Deneuve, n’est pas destinée à être actrice. C’est une rêveuse, certes, mais elle n’aime point se déguiser, et encore moins jouer la comédie.

Etre sur scène ou face à la caméra est pourtant une affaire de famille. Son père travaille au théâtre et au cinéma, mais également comme directeur de doublage à la Paramount Pictures. Sa mère, à qui elle empruntera son nom de jeune fille, Deneuve, est une ancienne pensionnaire du théâtre de l’Odéon, où sa grand-mère avait été souffleuse.

 

 

Déjà espiègle, la jeune Catherine Dorléac sait très vite charmer son entourage…

 

 

Le hasard la poussera à jouer. Tout d’abord avec sa petite soeur, Sylvie, qui tient un second rôle dans un film d’André Hunebelle Les Collégiennes (1957). Catherine postule et est retenue. Sa motivation d’alors : gagner de façon agréable un peu d’argent de poche pendant l’été. Si la jeune fille n’a toujours aucune vocation pour le cinéma, ce n’est pas le cas de sa soeur jumelle, Françoise… En 1960, cette dernière est retenue pour le film Les Portes claquent. La production organise un casting pour l’actrice qui interprétera sa soeur. Elle pousse Catherine à y participer. Celle-ci jouera donc la soeur de Françoise. C’est aussi grâce à la coiffeuse de ce film que Mel Ferrer l’engage dans L’homme à femmes, où Jacques Demy la remarque.

 

 

Les premières récompenses …

 

 

La suite est bien connue: la palme d’Or à Cannes en 1964 pour Les Parapluies de Cherbourg en fait une star, et marque le véritable début d’une carrière impressionnante. Pourtant ce film sera à l’origine d’une déchirure.  En effet, c’est en vue d’assister à une projection du film que Françoise Dorléac meurt dans un accident de voiture, le 26 juin 1967. Malgré tout, c’est à la suite de ce traumatisme que Catherine Deneuve va se lancer à corps perdu dans le travail, pour oublier. Elle enchaîne alors les rôles.

 

 

En 1993, son interprétation d’une propriétaire de plantation en Indochine française lui vaut une première nomination aux Oscars

 

 

Elle tournera notamment dans Belle de jour de Luis Bunuel aux côtés de Michel Piccoli. Le film est un succès et remporte même le Lion d’Or de Venise. En 1968, elle joue sous la direction de François Truffaut dans La Sirène du Mississipi où elle interprète une chanteuse de cabaret. Elle retrouve ce même réalisateur au début des années 80 dans Le Dernier Métro, rôle pour lequel elle remportera son premier César de la meilleure actrice. Cette période est intense puisqu’elle tournera aux côtés de Belmondo, Delon, Dewaere, Téchiné ou David Bowie. Sa popularité est telle qu’elle prête même ses traits à la sculpture de Marianne, symbole de la République Française.

Son interprétation remarquée d’une propriétaire de plantation d’hévéas dans l’Indochine française vue par Régis Wargnier lui vaut un nouveau César en 1993 et également une première nomination à l’Oscar de la meilleure actrice.

 

 

La reconnaissance …

 

 

Considérée dans le monde entier comme l’une des plus belles femmes et l’une des plus grandes actrices françaises de ces quarante dernières années, elle jouit d’une notoriété internationale et d’une filmographie exceptionnelle. La plupart des grands réalisateurs européens font appel à elle, associant définitivement son nom à l’histoire du cinéma de la seconde moitié du XXe siècle.

En 1994, elle est vice-présidente du jury du 47è Festival de Cannes aux côtés de Clint Eastwood. L’ensemble des jurés attribue alors la Palme d’Or à Pulp Fiction de Quentin Tarantino. En 1999, l’Unesco la choisit comme ambassadrice à la préservation du patrimoine cinématographique.

 

 

 

Film culte par excellence, 8 femmes fait exploser le potentiel comique de l’actrice.

 

 

 

Dans les années 2000, l’actrice tourne en continu, et les premiers prix pour l’ensemble de sa carrière pleuvent. En 2002, elle reçoit, en compagnie des sept autres actrices de Huit Femmes, l’Ours d’argent de la meilleure contribution artistique lors de la 52e Berlinale et le Prix de la meilleure actrice européenne aux European Film Awards. Puis, en 2005, elle se voit décerner la Palme d’Or d’honneur du 58e Festival de Cannes pour l’ensemble de sa carrière.

 

 

Catherine Deneuve s’essaiera aussi à la chanson avec un pygmalion de renom: Serge Gainsbourg.

 

 

 

En 2008, elle reçoit le Prix Spécial de ce même festival pour son rôle dans Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin. Cette récompense lui est attribuée par un jury présidé par Sean Penn. En 2010, elle retrouve François Ozon (réalisateur de Huit Femmes) dans Potiche et fait montre d’un talent trop peu utilisé pour la comédie. En octobre 2014, elle préside le jury du 25e Festival du film britannique de Dinard. Son récompense de l’Hitchcock d’or le film The Goob de Guy Myhill. Les comédiennes Suzanne Clément et Léa Drucker figurent parmi les neuf membres de son jury.

Mais Catherine Deneuve ce n’est pas qu’une actrice. En effet, dès 1981, elle sort son premier album (et unique jusqu’à aujourd’hui), écrit par Serge Gainsbourg : Souviens-toi de m’oublier.

 

 

Fruit de son histoire avec le réalisateur Marcello Mastroianni, Chiara naît en 1972, et est, comme sa mère, une actrice reconnue.

 

 

Côté coeur, elle a vécu une romance avec le réalisateur Roger Vadim, dont elle a eu un fils en 1963. Le 18 octobre 1965, elle épouse à Londres le photographe David Bailey, dont elle se sépare en 1967, mais le divorce n’est prononcé qu’en 1972. Ses témoins étaient Mick Jagger et Françoise Dorléac. Elle vit par la suite avec Marcello Mastroianni, dont elle a une fille, Chiara, née en 1972, puis avec l’homme d’affaires Bertrand de Labbey, qui reste son agent, et aussi avec l’homme de médias Pierre Lescure, dans les années 1980.

 

 

La rebelle Deneuve

 

 

Mais Catherine Deneuve est aussi une femme de caractère, qui n’hésite pas à s’engager. En 1971, Catherine Deneuve signe le Manifeste des 343 [le Nouvel Observateur n°334 du 5 avril 1971] affirmant, dans l’objectif d’en obtenir la légalisation, avoir pratiqué l’avortement. L’actrice déclarera des années plus tard au magazine Psychologies :  » Oui, c’est une expérience qui fait partie de la vie des femmes de ma génération. Aujourd’hui, on ne s’en rend pas compte, on banalise cela, mais à l’époque … C’est un acte déjà effroyable en soi, mais quand, en plus, il est interdit et qu’il faut le subir dans des conditions compliquées, c’est très culpabilisant. Et la culpabilité, c’est terrible. On apprend à vivre avec, mais on ne s’en remet pas.  »  Par ailleurs, dans les années 1980, l’actrice se joint aux mouvements pour l’abolition de la peine de mort en France. A ce-titre, elle prête sa voix à la version française d’un film d’Amnesty International contre la peine de mort et la torture, et reverse à cette organisation la totalité des revenus dus au titre de la représentation de son image à la suite de la réalisation de son buste en Marianne.

 

 

 

Toujours aussi moderne, elle partage l’affiche de Tout nous sépare avec Nekfeu. Un duo étonnant et détonnant !

 

 

Au début des années 2000, l’actrice vient remettre à l’Ambassade américaine à Paris, les 500 000 signatures de Français demandant l’abolition de la peine capitale aux Etats-Unis. Elle participe en 2004 au second Congrès mondial contre la peine de mort, organisé à Montréal. En mais 2013, en plein débat sur le mariage gay, interrogée sur le plateau de l’émission Le Petit Journal, Catherine Deneuve se dit  » perplexe «  à propos de l’ouverture de cette union aux couples homosexuels. Des propos qui feront polémiques… Cela dit, elle affirme par ailleurs son soutien à l’ouverture du droit à l’adoption pour les couples homosexuels.

Enfin, en 2016, elle signe une tribune qui dénonce le « Hollande bashing« . Défendant le bilan du Président de la République, elle l’accompagne lors d’une tournée diplomatique en Malaisie et à Singapour du 26 au 30 mars 2017, afin de  » faire rayonner le cinéma français « . Lors d’une interview au journal de 20h de France 2, le 19 mars 2017, elle affirme à Laurent Delahousse :  » Il y a un tel manque de respect pour la fonction, au-delà même de François Hollande, je trouve cela extrêmement choquant.  » Icône sûrement, mais plus rebelle que jamais Madame Deneuve.

 

 

Tout nous sépare, en salles dès mercredi prochain

 

 

 

 

 

Grégory Ardois-Remaud
Grégory Ardois-Remaud

Rédacteur en chef au sein de la rédaction de Garçon Magazine depuis 2016, mais également animateur radio depuis 2014, je vous propose, avec ce blog, de partir à la rencontre d’une actualité diverse et sortant des sentiers battus. Politique, société, culture ou médias, plus aucune info ne pourra désormais vous échapper, pour enfin briller en société.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Mon rêve ? Travailler avec un chat au bureau

 

Rédacteur en chef adjoint au sein de la rédaction de Garçon Magazine depuis 2016, mais également animateur radio depuis 2014, je vous propose, avec ce blog, de partir à la rencontre d’une actualité diverse et sortant des sentiers battus. Politique, société, culture ou médias, plus aucune info ne pourra désormais vous échapper, pour enfin briller en société.

SUIVEZ-MOI SUR

Mon livre coup de ❤ du moment