Moreau, Rochefort, Darc … ils nous ont quitté en 2017

 

 

Toutes ces figures populaires ont marqué de leur empreinte une époque. 2017 les a vus disparaître, mais leur souvenir restera à coup sûr indélébile…

Par Grégory Ardois-Remaud

 
 
 

EMMANUELLE RIVA

 
 
 

 

 

À 89 ans, l’actrice meurt d’un cancer le 27 janvier à Paris. C’est avec le très connu Hiroshima Mon Amour que, celle qui est née dans les Vosges, se fait mondialement connaître. Pourtant après un prix d’interprétation à la Mostra de Venise, la comédienne disparaît peu à peu des plateaux de cinéma, préférant se consacrer au théâtre ou à l’écriture de poèmes, dont trois recueils ont été publiés entre 1969 et 1982. C’est finalement avec son rôle de professeure de piano victime de deux accidents vasculaires dans le très fort Amour de Mickaël Hanneke, qu’Emmanuelle Riva obtient la consécration à 85 ans. La critique est unanime et les prix pleuvent. Elle obtient notamment le César de la meilleure actrice 2013 et est même nominée aux Oscars dans la même catégorie.

 
 

VICTOR LANOUX

 
 

 

 

Plus de 70 rôles, cinéma et télé confondus, une vingtaine au théâtre… L’acteur laisse derrière lui un patrimoine culturel pour le moins riche. Celui qui s’était fait connaître par son rôle dans l’Affaire Dominici en 1973, devient un acteur-vedette grâce à son personnage de Ludovic, dans Cousin, Cousine de Jean-Marc Tacchella, ce qui lui vaut une nomination pour le César du meilleur acteur. Par la suite, celui qui avait commencé comme poseur de stores en usine, sera à l’affiche de films devenus cultes tels que : Un éléphant ça trompe énormément ou Nous irons tous au paradis, tous deux signés par le réalisateur Yves Robert. Par la suite, c’est davantage au théâtre qu’on le verra, avant que France 3 ne lui propose en 1998 d’être le héros de sa nouvelle série Louis La Brocante. Une fiction qui fait les belles heures de la chaîne, mais qui verra son rythme de tournage considérablement ralentir après l’accident cardio-vasculaire du comédien en 2007, dont il gardera des séquelles. Alors que le dernier épisode est diffusé en 2014, Victor Lanoux prend sa retraite dans sa maison de Royan (Charente-Maritime), où il meurt à l’âge de 80 ans des suites d’un second AVC.

 

JEANNE MOREAU

 
 

 
 

La petite Jeanne naît en 1928 à Paris. D’emblée, elle affiche un certain tempérament puisqu’elle suit des cours de théâtre à l’insu de ses parents, avant d’entrer au Conservatoire d’art dramatique. Son talent la hisse comme pensionnaire de la Comédie Française. Pourtant, bientôt, elle délaisse le théâtre pour le cinéma où elle obtient très vite un Prix d’interprétation à Cannes pour son rôle dans Moderato Cantabile en 1960. Mais c’est véritablement en 1962 que sa carrière explose avec Jules et Jim par François Truffaut. Si le film est un succès, sa bande originale Le Tourbillon l’est encore plus et la propulse au rang de vedette. À partir de là, tous les grands réalisateurs la voudront devant leur caméra, à l’instar de Blier, Bunuel ou Fassbinder. En 1992, elle remporte le César de la meilleure actrice pour sa prestation dans La Vieille qui marchait dans la mer, de Laurent Heynemann, avant d’obtenir en 1998 la reconnaissance internationale avec un Oscar d’honneur, reçu des mains de Sharon Stone, elle-même. Au total, l’actrice aurait cumulé quasiment 100 millions de spectateurs au cinéma, durant toute sa carrière. Elle s’éteint le 31 juillet à 89 ans dans son appartement, paisiblement, loin du tourbillon de la vie…

 
 
 

MIREILLE DARC

 
 
 

 
 
 

Née le 15 mai 1938 à Toulon, Mireille Aigroz monte à Paris, dès 1959 et choisit son pseudonyme en référence à Jeanne d’Arc. Le ton est donné ! C’est aux côtés de Louis de Funès, dans Pouic-Pouic, que la jolie blonde se révèle en 1963. Dès lors, les rôles vont s’enchaîner jusqu’au Retour du Grand Blond en 1974, où la scène mythique avec sa robe dos-nu jusqu’à la naissance des fesses va susciter de nombreux fantasmes. Pourtant dès 1980, le professeur Cabrol doit l’opérer du cœur. Trois ans plus tard, c’est d’un grave accident de voiture dont elle est victime, qui l’immobilisera durant de longs mois. Dans les années quatre-vingt-dix, Mireille Darc abandonne le cinéma et se tourne vers la télé, avec le succès que l’on connaît. En effet, en 1992 et 1994, elle incarne avec talent le rôle d’Hélène Charrière dans les Cœurs Brûlés et les Yeux d’Hélène. Deux grandes sagas de l’été à succès ! Mais c’est aussi avec son activité de documentariste que celle qui vécut une belle histoire d’amour avec Alain Delon durant quinze ans, toucha le public. Que ce soit sur la question du pardon, la prostitution, ou les femmes en prison, elle touche au cœur. Justement, c’est bien son cœur trop fragile qui l’emporte le 28 août dernier à l’âge de 79 ans.

 
 
 

JEAN ROCHEFORT

 
 
 

 
 
 

Élégant et malicieux, c’est ainsi que l’on pourrait cet acteur né en 1930 à Paris. Reconnaissable à sa voix chaude inimitable et à sa moustache soignée, celui qui au début a multiplié les rôles secondaires voit sa carrière s’envoler à partir de 1972 avec Les Feux de la Chandeleur, aux côtés d’Annie Girardot. Il sera par la suite régulièrement tête d’affiche dans des succès populaires comme dans Que la fête commence, Nous irons tous au paradis, ou Ridicule. Il reçoit le César du meilleur acteur en 1978 pour le Crabe-Tambour. Passionné d’équitation, il sera un temps consultant pour France Télévisions. Père de 5 enfants, il meurt des suites d’une longue maladie le 9 octobre à l’âge de 87 ans.

 
 

DANIELLE DARRIEUX

 
 
 

 
 
 

Pour la jeune génération, Danielle Darrieux, c’est le cultissime 8 femmes,et pourtant, c’est bien plus! Celle qui naît le 1er mai 1917 à Bordeaux aura l’une des plus longues et plus prolifiques carrières : plus de 110 films entre 1931 et 2010, parmi lesquels une Chambre en Ville de Jacques Demy, le Rouge et le Noir de Claude Autant-Lara ou encore Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Max Ophuls. Sa dernière participation à un film remonte à 2010 dans Pièce Montée. Côté théâtre, elle obtient le Molière de la meilleure comédienne pour son rôle dans Oscar et la dame en Rose d’Eric-Emmanuel Schmitt en 2003. Elle disparaît à l’âge de 100 ans, le 25 octobre dernier.

 
 
 

Grégory Ardois-Remaud
Grégory Ardois-Remaud

Rédacteur en chef au sein de la rédaction de Garçon Magazine depuis 2016, mais également animateur radio depuis 2014, je vous propose, avec ce blog, de partir à la rencontre d’une actualité diverse et sortant des sentiers battus. Politique, société, culture ou médias, plus aucune info ne pourra désormais vous échapper, pour enfin briller en société.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Mon rêve ? Travailler avec un chat au bureau

 

Rédacteur en chef adjoint au sein de la rédaction de Garçon Magazine depuis 2016, mais également animateur radio depuis 2014, je vous propose, avec ce blog, de partir à la rencontre d’une actualité diverse et sortant des sentiers battus. Politique, société, culture ou médias, plus aucune info ne pourra désormais vous échapper, pour enfin briller en société.

SUIVEZ-MOI SUR

Mon livre coup de ❤ du moment