10 conseils pour adopter votre animal de compagnie dans de bonnes conditions

(c)iStock / CityPresse

 

Il y a quelques semaines, nous évoquions les bienfaits des animaux au quotidien via le phénomène de la zoothérapie. En effet, avoir une boule de poils à la maison s’avère être source de nombreux bénéfices. Encore faut-il savoir choisir l’animal le plus approprié, et l’accueillir dans des conditions optimales. Pour vous, Stéphane Lamart, président de l’association éponyme spécialisée dans la protection animale, vous donne ses astuces pour éviter les erreurs et faire que votre nouveau meilleur ami soit le plus heureux des compagnons.

 
 
 

Par Grégory Ardois-Remaud

 

 

1 – Choisissez un animal qui correspond à votre personnalité et votre disponibilité

 
 
 

Il convient de ne pas choisir votre futur chien ou chat au hasard ou sur un simple coup de cœur, qui pourrait s’avérer égoïste. Il doit en effet être en accord avec ce que vous êtes et votre rythme de vie. « Par exemple, pour un chien, il faut définir la taille. Si vous êtes sportifs, il est intéressant de prendre un Jack Russel car il aime courir. Un Carlin sera moins adapté. » explique Stéphane Lamart.

De la même façon, si vous commencez à avoir des difficultés à vous déplacer, privilégiez plutôt un animal adulte : « On ne fait pas un enfant à 70 ans. Il est aussi illogique de prendre un chiot ou un chaton à 70 ans. » explique le président de l’association. « L’animal adulte plus n’est plus en période de crise d’adolescence comme les plus jeunes. Ces derniers veulent jouer avec tout et peuvent faire beaucoup de bêtises, alors qu’un animal plus âgé est plus posé.» continue-t-il.

 
 
 

Amateurs de footing, le Jack Russell est parfait pour vos longues courses du dimanche.

 
 
 

Enfin, si vous recevez régulièrement vos petits-enfants en bas âge, attention à ne pas choisir un animal réputé jaloux à l’instar du Jack Russel. Le Golden Retriever sera plus approprié. N’oubliez pas non plus que le choix de votre futur animal dépend de votre temps disponible. En effet, il ne faut pas que votre compagnon se sente trop seul. Le chat étant indépendant, il est possible de le laisser seul durant la journée. Par contre, si vous optez pour un chien, lui accorder une visite à la pause repas du midi peut être une bonne idée…

 
 
 

2 – Anticiper sur l’avenir

 
 
 

C’est bien beau de souhaiter avoir un compagnon, mais encore faut-il penser au futur… même proche. Qui gardera votre chat et votre chien aux prochaines vacances, ou s’il devait y avoir un imprévu ? Avez-vous des amis ou de la famille à proximité prêts à s’occuper d’eux ? Ce genre de questions doit être envisagé avant l’adoption pour éviter que votre boule de poils ne finisse dans un chenil, faute d’anticipation…

Autre point : l’âge de votre animal. Pour l’instant, vous êtes en pleine santé, mais savez-vous ce qu’il en sera dans vingt ans ? « Adopter, c’est être raisonnable. Une dame de 70 ans, qui va prendre un chaton, qui va vivre quasiment vingt ans, c’est un choix qui peut être égoïste. En effet, où va se retrouver l’animal lorsqu’il y aura des soucis de santé ou un décès ? L’animal a ses habitudes avec cette personne, et du jour au lendemain il va se retrouver dans un refuge. Il ne sera pas bien et vivra cette période comme un abandon. » explique Stéphane Lamart. Comme dit plus haut, privilégiez plutôt un animal adulte. D’une, ils seront plus adaptés à vos besoins, et secondo, ils sont très nombreux dans les différents refuges, avec une chance plus limitée d’être adopté qu’un chaton ou un chiot…

 
 
 

Il est important de réfléchir avant d’adopter aux différentes options possibles lors de votre prochain départ en vacances, par exemple.

 
 
 

3 – Pensez budget !

 
 
 

Ce n’est pas tout de vouloir un animal, encore faut-il avoir les moyens de subvenir à ses besoins et son épanouissement… Comptez 1 500 euros par an pour un chien pour les frais de vétérinaire, les vaccins, le vermifuge [substance destinée à détruire et à expulser les vers ou les parasites intestinaux], l’alimentation, les jouets, l’assurance. Pour un chat, le prix est moins expansif, mais représente tout de même une somme pouvant aller jusqu’à 800 euros, notamment pour la première année avec la stérilisation…

 
 
 

Il est conseillé d’effectuer les rappels des vaccins contre le coryza, le typhus ou la leucose tous les ans

 
 
 

4 – Les poissons rouges, fausse solution de facilité !

 
 
 

Qui ne s’est pas déjà dit qu’acheter un poisson rouge, ce serait beaucoup plus simple qu’un chat ou un chien dans la mesure où celui-ci ne demanderait pas d’attention particulière ? Pourtant, à l’instar des autres animaux, acheter un poisson n’est pas un acte anodin, comme l’explique Stéphane Lamart : « Il reste un animal sensible et vivant. À l’instar des rongeurs, ou des mammifères en général, il a besoin de présence et d’attention. Il faut de la lumière également. Il n’a pas juste besoin de nourriture. Les contraintes sont moins nombreuses que pour un chien ou un chat, mais il faut être minutieux. Il faut changer l’eau, voir le PH, la température, sa santé… Ça reste un acte réfléchi. »

 
 
 

Pour le bien-être de votre poisson rouge, oubliez le minuscule bocal!

 
 
 

De même, il convient de ne pas oublier que le poisson rouge nécessite aussi une dépense alimentaire et vétérinaire. Sans oublier le fameux aquarium… Pour son bien-être, oubliez le fameux bocal minuscule. « Pour un poisson, il faut minimum 50 litres d’eau. Et puis, ça rend aveugle à long terme Il faut aussi penser à prendre des accessoires pour agrémenter l’aquarium, comme des jouets. Il a de l’exercice à faire. Il faut le stimuler. » explique notre ami des bêtes.

 
 
 

5 – Faites participer toute la famille au choix de l’animal

 
 
 

Comment être sûr que votre nouveau compagnon va bien s’entendre avec vos petits-enfants par exemple ? Le plus simple est d’aller le choisir avec toute la famille. Les vendeurs ou responsables de refuges pourront vous guider pour que l’animal corresponde aux personnalités de chacun des membres que votre chien ou votre chat croisera. De même, ils pourront vous conseiller dans les gestes à ne pas faire pour ne pas le brusquer ou l’apeurer.

 
 
 

Si vous êtes grand-parent, n’hésitez pas à emmener vos petits-enfants pour choisir votre futur animal de compagnie.

 
 
 

6 – N’adoptez pas un animal recueilli sur la voie publique

 
 
 

Oui, vous savez le chat trop mignon qui passe régulièrement dans votre jardin… Sur ce point, le président de l’association de protection animale est très clair : « Juridiquement, c’est interdit. Je ne peux que conseiller aux gens qui voient un animal sur la voie publique de le déposer en fourrière, à la mairie ou en gendarmerie. La loi interdit cela car sanitairement l’animal peut porter des risques, il peut être porteur de maladies comme la rage. » La fourrière viendra capturer l’animal dans le but de trouver ledit propriétaire. Dans 95 % des cas, l’animal est remis à une association de protection animale, qu’ils soient jeunes ou vieux.

 
 
 

7 – Offrez-lui une vraie place !

 
 
 

Il y a plusieurs points à vérifier avant que votre animal n’arrive chez vous. D’abord, si vous vivez dans une maison, il faut s’assurer que tout soit entièrement clôturé, pour sa propre sécurité, et celles des autres. En effet, s’il provoque un accident, c’est le propriétaire qui est responsable. De plus, à l’instar de nous autres, êtres humains, votre compagnon a aussi besoin d’un espace à lui, avec son panier, ses jouets, ses gamelles. Surtout laissez-le tranquille lorsqu’il mange, c’est un moment important pour lui. Vous aurez tout le temps de jouer avec lui quand il l’aura décidé… Pour un chat, notamment s’il vit en appartement, n’hésitez pas à investir dans un arbre à chat et autres jouets, pour le stimuler. Ne croyez pas que votre chat va seulement passer son temps à dormir et à vous faire des câlins…

Autre idée reçue : ce n’est pas parce que vous avez un jardin que votre chien n’a pas besoin de sortir de la propriété. Au contraire, il a besoin de bouger, de découvrir des nouveaux endroits, de se sociabiliser pour rencontrer de nouvelles personnes, et ainsi être moins agressif lorsque vous recevez des invités à la maison.

 
 
 

L’arbre à chat est un des possibles éléments qui permettra à votre félin de se sentir vraiment chez lui.

 
 
 

8 – Mettez en place des règles !

 
 
 

Combien de disputes de couples pour savoir si le chat a le droit de passer la nuit sur le lit conjugal ? On est tous passé par là, mais à ce sujet Stéphane Lamart reste nuancé : « En théorie, il ne doit pas dormir dans notre lit, comme on ne dort pas dans le sien. » Selon, le président de l’association de protection animale, le risque c’est que le chien prenne le dessus et qu’il ne comprenne pas le jour où vous souhaiterez revenir en arrière. Impossible de changer les mauvaises habitudes ? « On peut le changer, mais d’emblée, il faut lui donner un cadre. On peut l’habituer à une partie du canapé, mais pas le reste. Tôt ou tard, il va vous tester pour voir jusqu’où il peut aller de toute façon. » conclut-il.

 
 
 

Que ce soit pour vous ou votre animal, chacun sa place! Le lit conjugal n’est peut-être pas la sienne…

 
 
 

9 – Même adulte, un animal peut toujours s’éduquer 

 
 
 

Il arrive encore régulièrement que votre animal fasse ses besoins dans le coin du salon ? Pas de panique ! Il n’y a pas d’âge pour rééduquer un animal. C’est juste une question de méthode. « Cela doit être fait sur la confiance, la voix, et non pas avec la main. Elle est faite pour caresser et non pour taper. » précise Stéphane Lamart. « Les problèmes comportementaux se règlent aussi, mais il faut comprendre en amont pourquoi il fait ça. » Si le problème perdure, n’hésitez pas à vous rapprocher d’éducateurs qui vont donner des astuces.

 
 
 

10 – La solution gardiennage

 
 
 

Le saviez-vous ? Idéalement, un chien doit être sorti trois fois par jour, durant une demi-heure. Pas simple lorsqu’on travaille et que notre ami à 4 pattes n’a pas de jardin. Pourtant, de plus en plus nombreux sont ceux qui font le choix de l’entraide entre voisins, sans compter le phénomène du pet sitting. De nombreuses agences proposent désormais de mettre à disposition une personne pour garder votre animal. Rassurant, non ? Le chat peut rester seul dans l’appartement, mais la voisine peut aussi passer apporter de la vie histoire d’éviter les cambriolages, et en même temps d’occuper l’animal.

 
 
 

Si vous avez des journées bien chargées et la peur que votre animal ne s’ennuie durant votre absence, optez pour le pet sitting

 
 
 

Vous souhaitez vous renseigner sur l’Association Stéphane Lamart, ou même adopter, cliquez-ici!

 

 
 
 

Grégory Ardois-Remaud
Grégory Ardois-Remaud

Rédacteur en chef au sein de la rédaction de Garçon Magazine depuis 2016, mais également animateur radio depuis 2014, je vous propose, avec ce blog, de partir à la rencontre d’une actualité diverse et sortant des sentiers battus. Politique, société, culture ou médias, plus aucune info ne pourra désormais vous échapper, pour enfin briller en société.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Mon rêve ? Travailler avec un chat au bureau

 

Rédacteur en chef adjoint au sein de la rédaction de Garçon Magazine depuis 2016, mais également animateur radio depuis 2014, je vous propose, avec ce blog, de partir à la rencontre d’une actualité diverse et sortant des sentiers battus. Politique, société, culture ou médias, plus aucune info ne pourra désormais vous échapper, pour enfin briller en société.

SUIVEZ-MOI SUR

Mon livre coup de ❤ du moment